Regard holistique sur le stress, l’anxiété, la dépression et le burn out.

Par Jacques Tombazian ©

 

Il peut sembler plus facile de comprendre le concept du stress, plutôt que de définir la dépression et l’anxiété. En effet, le stress peut se manifester à partir d’événements objectifs dans notre vie, alors que la dépression et l’anxiété sont des mots qui désignent nos états émotionnels internes et existentiels. On s’entend généralement pour dire que le stress provient de facteurs externes qui influencent notre psychisme intérieur, comme par exemple, lorsqu’on assume trop de responsabilités ou lorsqu’on est investi dans des tâches trop lourdes dans notre vie professionnelle ou personnelle.

Une grande variété de facteurs objectifs qui créent le stress peuvent mener une personne à l’anxiété ou à la dépression chez une autre, ou les deux. Ou, les mêmes événements peuvent laisser une troisième personne indifférente, n’étant nullement affectée par ces états psychologiques! Mais, d’un autre côté, si on prend un facteur ou un autre de cette panoplie, ceci peut être suffisant pour mener une personne au «burn out».

On doit se rappeler que Hans Selye (la première personne à officiellement étudier le stress et le burn out, il y a près de cinquante ans) a fait la distinction entre le «stress positif» et le «stress négatif». Il a mis la lumière sur comment le stress peut être un facteur de croissance positif dans la vie d’une personne. En effet, en donnant à une personne un stress objectif, tel que nous pouvons en avoir dans tout travail, études ou entrainement militaire, ce type de stress positif permettra à une personne de grandir dans des talents et potentiel qui étaient dormants avant.

Le stress devient négatif dans les conditions suivantes :

1-    La situation demande un changement et une croissance dans une période de temps trop courte, ou à un rythme qui est trop rapide pour la capacité de la personne à changer plutôt que par une absence de potentiel ou de talent.

2-    La situation demande des talents ou des pouvoirs que la personne simplement n’a pas.

3-    La situation est à la limite des points 1 et 2, mais la situation s’est manifestée depuis trop longtemps et toute l’énergie de la personne a été utilisée. La personne est à bout de ressources.

4-    Avoir trop de responsabilités et ne pas avoir de possibilité de remplacement, à compétences équivalentes. Ceci est un problème commun sur le marché du travail, ou aussi dans les responsabilités familiales. Dans ce cas-ci, le facteur stress est en relation directe avec la différence entre le degré de responsabilité et le degré de pouvoir d’action.

5-    Quand la somme de toutes les tâches qui nécessitent d’être accomplies est au-delà de notre capacité à les accomplir dans une période de temps raisonnable.

Lorsqu’au moins une de ces situations se présente dans la vie d’une personne durant assez longtemps, l’anxiété, suivie de la dépression se manifeste. Si la ou les situations durent trop longtemps, elles créeront un burn out et une incapacité radicale à fonctionner. L’anxiété amène éventuellement à la dépression.

L’anxiété est la première émotion ressentie et elle consiste à percevoir la différence entre ce qui est demandé de soi et la capacité perçue à accomplir cette tâche. Dans le stress positif, l’anxiété est comme une batterie sur laquelle l’individu se charge pour augmenter son niveau d’énergie et lui donne l’énergie additionnelle nécessaire pour accomplir les tâches.

L’anxiété devient négative et induit la dépression lorsque la personne commence à percevoir qu’elle n’est pas à la hauteur de la tâche, ni en ce moment ni dans le futur. Lorsqu’il n’y a plus d’espoir ni de foi dans une situation, c’est à ce moment que la dépression survient, ce qui mène éventuellement au burn out.

En tant qu’êtres humains, nous ne pouvons accepter de nous sentir «pas assez bons», même que nous ne pouvons accepter de penser que nous ne pourrons jamais parvenir à accomplir une situation donnée. C’est lorsque nous insistons à accomplir des situations impossibles que notre organisme, notre programme de base qui contient nos instinct de survie, nous rend dépressifs et en burn out, afin que nous changions de direction et que nous faisions quelque chose d’autre. Ceci se produit en rendant l’expérience émotionnellement pénible et négative, et si ces signaux ne sont pas suffisants, nous serons également privés de notre énergie physique (fatigue, épuisement) et ultimement par des dysfonctions, puis, la maladie.

Certaines dépressions peuvent être comprises comme un stress intérieur qui s’est manifesté à partir d’une perception de soi négative et de l’auto-critique (jugement). Ceci signifie que toute personne qui se sent inadéquate de quelque façon que ce soit, qui se juge elle-même comme étant sans valeur et sans pouvoir personnel, qui se perçoit comme impotente, et incapable de valeur personnelle, d’amour ou de reconnaissance par les autres personnes, quelle que soit la condition qui se présente, cela va créer chez la personne, la même situation que lorsqu’elle est soumise à un stress objectif.

Le mécanisme de ce processus peut être expliqué par le fait que ces types de sentiments négatifs altèrent le corps physique ainsi que les corps subtils et les chakras, de telle manière qu’ils enlèvent la force de vie de la personne, la privant de de sa propre production interne d’énergie (Chi) et diminuant la force et l’endurance de cette personne. Une fois que les énergies physiques et émotionnelles sont réduites, les stress se manifeste parce que même les événements ordinaires de la vie de tous les jours paraissent comme une montagne chez la personne dépressive.

Une autre raison qui explique pourquoi certaines personne expérimentent de sévères dépressions pendant de longues périodes est parce qu’elles ne peuvent réussir à actualiser soit émotionnellement ou soit physiquement, le potentiel qu’elles savent qu’elles doivent manifester pour avoir une vie satisfaisante. D’un côté, le problème demeure ancré dans une perception de soi négative, d’un autre côté, il demeure dans un grand besoin de validation à travers les yeux des autres personnes.

Les autres sources de dépression peuvent être à travers les influences énergétiques externes qui s’infiltrent dans le corps physique ou dans les corps subtils. Ces infiltrations peuvent être des entités ou des implants. Par exemple, cela se produit quand une personne est possédée par un esprit déprimé d’une personne décédée ou par l’esprit d’une entité négative. Alors, la personne pourrait ressentir la dépression de l’entité. Ceci va de même avec les implants.

Un implant est un lien énergétique entre deux personnes ou plus, entre les humains et les animaux, entres les animaux entre eux, ou entre des entités positives ou négatives et les humains. Par exemple, dès qu’une relation existe, quelle que soit la relation (même celles que vous développez entre vous et votre épicier ou votre coiffeur), vous établissez plusieurs connections énergétiques entre certains chakras et vos corps subtils (dépendamment de la qualité de la relation) qui vous lie à cette personne.

Ces liens énergétiques entre individus représentent le mécanisme de communication non verbale qui s’établi lors des relations, tout comme les mots sont le mécanisme verbal de la communication.

Toutes les relations s’accomplissent à travers des liens énergétiques qui transmettent l’information, l’énergie et les émotions d’une personne à une autre, même à distance. Donc, si un individu ou un groupe avec lequel nous avons des connections énergétiques est déprimé, alors nous pouvons aussi nous sentir déprimés, et, plus la personne est sensible, plus elle sera affectée par la dépression de cette entité ou implant.

Il y a plusieurs formes de dépression, comme la «dépression bipolaire», «la dépression accidentelle», «la dépression génétique» et celles causées par des «débalancements chimiques». Je vais maintenant analyser ces quatre types de dépression dans la deuxième partie de cet atelier.

Maintenant, regardons les solutions pour certains des cas de dépression qui sont créés soit par le stress, les entités ou les implants. Nous devons d’abord regarder en nous-même les vraies causes. Et alors, nous pouvons arriver face à ces situations :

a)     La personne se sous-évalue et la solution principale serait de travailler sur la perception qu’on a de soi-même.

b)    La personne sur sur-évalue. Il n’y aurait pas d’anxiété ou de dépression dans ce cas. Du moins, pas avant le grand épuisement, parfois, même pas passé ce point. Mais ce cas n’est pas à négliger, puisque la plupart des personnes classifieraient ce type de comportement en tant «qu’idiot».

c)     La personne s’évalue correctement, sachant qu’elle n’a pas ce qui est nécessaire, et devrait s’incliner devant la situation avant de développer une dépression sévère ou un burn out.

d)    La personne est capable d’accomplir ses tâches, et elle le sait, mais le problème est le temps ou le rythme. Dans ce cas, le problème est encore au niveau des perceptions de soi, mais il est relié à la capacité d’une personne pour le changement et la croissance. Nous pouvons faire la distinction entre les cas où la personne a le pouvoir de changer le temps et/ou le rythme et les cas où la personne n’a pas ce pouvoir. Dans ce dernier cas, c’est comme en c), la personne doit pouvoir s’incliner devant la situation.

e)     La personne est capable d’accomplir ses tâches et elle le sait, mais le problème est au niveau du temps ou du rythme. Dans ce cas, ce n’est pas la perception de soi qui est le problème et la personne n’a pas le pouvoir de changer le temps ou le rythme. Mais il y a une possibilité de se rendre capables de soutenir les changements requis dans le rythme. Ceci est possible à travers les techniques énergétiques spirituelles.

f)     La personne est possédée par une entité, ou la personne est liée à un implant négatif, collectif ou individuel. Dans ce cas, ces manifestations peuvent être libérées par un guérisseur holistique ou par le patient s’il a les outils requis.

 

Nous pouvons noter que dans une minorité de cas, il y a certaines personnes qui ont une déficience mentale ou physique et qui n’expérimentent pas la dépression, pour la simple raison que leur environnement n’attend rien d’eux. Ils peuvent être malheureux, ou pas, mais n’entreront pas en dépression dans le sens commun, ni dans un état de burn out. Le problème avec les dépressions que nous avons vues, est qu’elles se manifestent seulement lorsqu’une personne sait, plus ou moins consciemment qu’elle est apte à prendre en charge les défis de la vie et du travail, mais qu’elle pense qu’elle n’en est pas capable.

1-    Séance de guérison

Dans tous les cas, avant de faire le diagnostic sur la source d’une condition, il est recommandable de commencer avec au moins une séance de guérison spirituelle, ce qui permettra une libération émotionnelle immédiate, tout en guérissant les corps subtils et les chakras meurtris, et qui s’avère un bon point de départ pour éliminer la fatigue/épuisement. Le Guérisseur devrait vérifier à travers la clairvoyance, l’intuition ou toute autre perception que la personne a les capacités de base ou les talents requis pour faire face à la situation. Dans le cas où la personne n’aurait pas les capacités requises, le Guérisseur devrait simplement encourager la personne à quitter la situation stressante et trouver un autre chemin.

Mais si la personne a les capacités ou les talents, alors la solution est de faire des rituels. Les rituels ont de multiples objectifs, tous à la fois :

1)    Décélérer le rythme objectif des changements ou de la croissance requises,

2)    Rendre la personne plus apte à faire des changements et grandir plus rapidement,

3)    Induire un état d’esprit plus sain et optimiste chez la personne.

 

2-    La perception de soi négative dans une situation stressante :

Une première séance de guérison suivie d’un rituel est la façon la plus rapide de faire une situation vivable. Ceci n’est pas une solution complète, mais elle va permettre la guérison rapide et suffisante d’un problème afin que la personne puisse être mieux en mesure d’y faire face par elle-même. L’importance est de gagner du temps pour mieux guérir la personne plus profondément. Deuxièmement, les voyages intérieurs Alchimiques ou une forme majeure de psycho-thérapie peuvent être nécessaires afin de guider la personne vers une auto-guérison complète. Les deux approches sont très efficaces dans ces situations, avec la seule différence qu’on voit dans l’approche Alchimique des résultats relativement beaucoup plus rapides.

 

3-    La situation objective est trop lourde, (que ce soit un cas comme dans l’autre, voir points 3 et 5 plus haut)

 

A-   Dans le cas du point 3, où le vrai problème est que trop d’énergie a été nécessitée pendant beaucoup trop de temps et advenant que la personne ne veuille ou ne puisse quitter la situation par elle-même, dans ce cas particulier, après la séance de guérison spirituelle et après avoir réparé les corps subtils, la personne est tenue de participer activement à sa guérison, pour développer ses chakras, pour guérir et amplifier la base des circuits d’énergie (Chi) et ses réservoirs et pour activer les machines de production d’énergie (Chi). Dépendamment de la personne, ceci peut prendre de deux à quatre sessions et les résultats sont usuellement spectaculairement réussis.

B-   Dans le cas du point 5, où le problème réel est complètement objectif et a peu à voir avec les perceptions de soi de la personne ou ses réelles capacités, et assumant que la personne ne veuille ou ne puisse quitter un type de situation néfaste, seul un Rituel Majeur peut venir en aide, et ceci doit être fait avec la participation active du patient. Bien sûr, lorsqu’on fait la même chose dans le cas du point précédent, ceci va aussi aider, mais temporairement.